De ce corps de déesse archaïque,

de mes seins,

de mes hanches trop larges,

de mon ventre blessé,

De la mer méditerranée instable mégère,

je suis prisonnière.

Du phallus des hommes

de leurs mains puissantes,

d’une  terre ocre gorgée de soleil et de larmes,

je suis prisonnière.

phallus2
« le phallus » huile sur papier 79 X57 cm.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s